En Europe

En Europe

Les « appartements communautaires » allemands (Wohngemeinschaft fûr alter Menschen)

Les premiers appartements communautaires en Allemagne ont été initiés en 1995 par la branche allemande de l’association Les Petits Frères des Pauvres, en inaugurant à Berlin un nouveau mode d’hébergement destiné aux personnes âgées atteintes de troubles cognitifs, sous forme de colocations assistées par un système de soins itinérant, dans des logements ayant statut de domicile privé.

Il s’agit :

  • D’une alternative à l’entrée en établissement quand le maintien à domicile n’est plus possible
  • De structures de petites tailles (entre 6 et 12 personnes), intégrées dans les quartiers proches du lieu d’habitation d’origine des personnes
  • D’une offre de logement locative privée, avec des parties privatives (les chambres) et des pièces collectives (cuisine, salon et salle à manger) conciliant normalité et familiarité d’un lieu de vie comme au domicile, le bien-être et la sécurité physique, et les avantages de la vie sociale d’une petite communauté
  • De soins externalisés, avec un accompagnement personnalisé, adapté aux besoins spécifiques
  • Il s'agit d'un nouveau domicile à soi, le dernier si la personne le souhaite, et non pas d'une solution transitoire et intermédiaire

Ce concept est aujourd’hui porté par un consensus reposant à la fois sur des valeurs éthiques et sur un constat à la fois démographique et économique. Au-delà du bénéfice attendu pour les personnes accueillies, c’est aussi une manière originale d’impliquer les proches. L’objectif n’est pas seulement de les soulager ni de les décharger, mais de les associer. Dans cette aventure, les familles sont accompagnées pour passer du statut d’aidant, celui qui donne de façon unilatérale (et qui risque de s’épuiser) à celui qui construit. En s’y engageant avec leur parent, ils participent à un projet collectif dont ils sont des acteurs à part entière.

Il y a actuellement plus d’un millier de petites unités de vie indépendantes en Allemagne, dont 300 à Berlin.

Pour plus d’information, télécharger l’article du Docteur Alain Smagghe, médecin gériatre, paru dans « Les Cahiers du CLEIRPPA » en 2007.